Langues

La première plateforme d'information suisse sur les produits de la construction, les projets d'architecture et profils d'experts

Maison multifamiliale Martinet
Renens

Catégorie:
Habitation (jusqu'à 2 logements)
Première mise en service:
2016
Nombre d'immeubles:
1
Etages:
2
Sous-sols:
1
Appartements:
2

Architecte/planificateur

Dreier Frenzel
Avenue du Rond-Point 18
1006 Lausanne
0215101220

Contexte
Acquise en copropriété par deux familles, la parcelle se trouve dans un quartier composé de maisons familiales qui jouxtent des tissus plus densément bâtis. Le règlement de construction autorise aujourd’hui une densification douce du quartier et la conception de maisons mitoyennes.
La maison d’origine, construite en 1954, est transformée et agrandie pour accueillir deux logements avec accès séparés.
Cette intervention fait passer le COS de 0.13 à 0.19 et le CUS de 0.39 à 0.52, soit une augmentation de 35% de la surface bâtie, de 33% de la densité et de 42% du volume bâti.

Concept
Saine dans sa substance, mais sans particularité patrimoniale, la maison existante est préservée par souci d’intégration dans le tissu pavillonnaire alentours. S’inspirant du regroupement des copropriétaires, le concept architectural fonctionne par métissage. Cela s’exprime par le panachage des caractéristiques architecturales entre la maison existante et ses deux volumes d’extension pour donner une lecture unitaire et cohérente à la nouvelle maison multifamiliale.
Le concept de métissage témoigne d’une version idéalisée de la vie en contiguïté. S’émancipant des notions de juxtaposition répétitive, il donne une valeur singulière aux notions de partage, de synergie et de mutualisation. Le métissage des besoins et des envies de chaque entité familiale s’exprime comme un dénominateur commun capable de déclinaisons et de convergences permettant aux exceptions et aspirations individuelles une intégration dans une vision globale.Au niveau architectural, les qualités existantes sont pérennisées et densifiées par l’adjonction de nouvelles thématiques comme le partage d’espaces communautaires, la diversification des rapports à l’extérieur et les décrochements de volumétrie.

Programme
L’augmentation de la surface bâtie permet de créer deux unités privatisables et autonomes au sein d’une seule maison : deux appartements de 112 m2 et de 101 m2.
Ces zones de repli et d’intimité occupent chacune un étage et sont reliées verticalement entre elles par des affectations communes et partagées : un studio indépendant de 31 m2 accueille amis et visiteurs dans les combles ; une bibliothèque aux reflets argentés s’installe dans la cage d’escalier existante ; un atelier dédié au bricolage et aux loisirs colonise l’ancien garage ; un garde-manger et une buanderie agrémentent les locaux techniques du sous-sol ; un réduit de jardin et un local à vélo, disposés dans l’annexe existante, fonctionnent en lien avec le jardin collectif. Cette offre partagée réduit volontairement les surfaces dédées à la sphère intime en valorisant 42% de la surface habitable de la maison en affectations collectives.
L’extension se matérialise par l’adjonction de deux nouveaux volumes : l’un à l’est qui repositionne l’entrée des deux appartements et l’autre à l’ouest qui accueille les espaces de jour des deux appartements.

Construction et matérialité
La jonction entre la maison existante et son extension se fait au droit de la porte cintrée qui menait jadis sur le balcon filant de la maison. Souhaitant conserver ce rapport entre intérieur et extérieur, l’extension est pensée comme une grande véranda accolée à la maison de 1954, laissant apparaître les anciennes façades à l’intérieur des nouveaux espaces de vie.
La maison d’origine est construite avec des dalles béton sur hourdis et des doubles murs en briques. Mis à part la suppression des balcons, l’agrandissement d’une fenêtre, le percement des nouvelles portes d’entrée et l’ajout d’une lucarne, son enveloppe est conservée en l’état. A l’intérieur, seuls les salles d’eau et les réseaux électriques sont repensés.
L’extension est réalisée avec une structure verticale externe en acier zingué, un socle en béton brute et des dalles massives en bois. Les éléments de remplissage des façades sont revêtus d’un enduit à la chaux. Selon les principes de métissage, les caractéristiques de la maison existante – socle, encadrements de fenêtre en simili-pierre, proportions verticales des porte-fenêtres, corniches en bois peint – sont transmises et réinterprétée dans l’extension. A l’inverse plusieurs éléments de l’extension – barreaudages zingués, fenêtres en chêne, sols en chape poncée avec des incrustations en carrelage, mobilier fixe en panneaux en bois
multi-plis, murs et plafonds lasurés – colonisent la maison existante.


Situation 1:500 Maison multifamiliale Martinet de Dreier Frenzel
Situation 1:500
Plans 1:200 Maison multifamiliale Martinet de Dreier Frenzel
Plans 1:200
Coupes et élévations (sud et ouest) 1:200 Maison multifamiliale Martinet de Dreier Frenzel
Coupes et élévations (sud et ouest) 1:200
Élévations (nord et est) 1:200 Maison multifamiliale Martinet de Dreier Frenzel
Élévations (nord et est) 1:200
Détail 1 Maison multifamiliale Martinet de Dreier Frenzel
Détail 1
Détail 2 Maison multifamiliale Martinet de Dreier Frenzel
Détail 2
Schéma 1 Maison multifamiliale Martinet de Dreier Frenzel
Schéma 1
Schéma 2 Maison multifamiliale Martinet de Dreier Frenzel
Schéma 2
Axonométrie Maison multifamiliale Martinet de Dreier Frenzel
Axonométrie